Page actuelle : Prévention > Nos Actions > Etudes et articles
22
Les CMR sont les agents :
- Cancérogènes (R40, R45, R49),
- Mutagènes (R46),
- Toxiques pour la reproduction (R60, R61, R62, R63).
(Pour la signification des phrases de risque voir  Phrases_risque_R.doc)
Liste des CMR, liste des substances cancérogènes, mutagènes, toxiques pour la reproduction, classification réglementaire INRS : note documentaire 2168 qui remplace la ND 2063 INRSnd2168.pdf ou autre source : liste_substances_CMR.pdf .
Les CMR sont beaucoup cités dans le Plan Santé Travail 2005-2009 : PST_2005-02.doc
Textes à propos des CMR :
Décret 2001-97 du 1er février 2001 "règles particulières de prévention des risques cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction" D2001-97_CMR.doc ,
Décret 2004-725 du 22 juillet 2004 relatif aux "substances et préparations chimiques" D2004-725_chimie_CMR.pdf
Voir aussi la circulaire : Circ_DGS-DRT_2004-525_CMR.html
Déclaration, classification, emballage, étiquetage des substances : Arr_2005-08_etiquetageCMR.pdf & Arr-2004-09_class_etiquetage.pdf


Quelques agents chimiques cancérogènes reconnus
Les plus courants dans notre environnement : Tabac (et tabagisme passif ) contient hydrocarbures polycycliques aromatiques, benzène, arsenic...)
Gaz d’échappement, des véhicules Diesel notamment (benzène, métaux lourds…)
Amiante ( nouveau texte : Decret_2006-761 du 30-6-2006_amiante.pdf)
Dioxines (polychlorodibenzodioxines) et polychlorodibenzofuranes
Et en milieu professionnel Métaux lourds et métalloïdes (cadmium, chrome VI, nickel, arsenic...)
Benzène
Amiante
Amines aromatiques
Chlorure de vinyle monomère
Hydrocarbures polycycliques aromatiques (HPA)
Nitrosamines
Poussières de bois

Cancer en France, fréquences des  facteurs de risque (Commission d’orientation sur le cancer - Rapport 2003)
Facteur de risque
Mortalité (%)
Alimentation
35 %
Tabac
30 %
Alcool
10 %
Infections
10 %
Habitudes sexuelles
5 %
Expositions professionnelles
4 %
Pollution
2 %
Actes médicaux
1 %
Produits industriels (hors expositions professionnelles)
Moins de 1%

Comme on le voit, un cancer sur 25 peut être relié à une exposition professionnelle.
Les professions particulièrement exposées aux CMR :
  • le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP),
  • la construction ferroviaire et navale (y compris la démolition de porte-avions...)
  • la métallurgie, l’industrie du verre
  • l’industrie chimique et pharmaceutique
  • l’industrie du cuir et du caoutchouc
  • la pétrochimie
  • l’industrie du bois
  • l’agriculture
  • les laboratoires de recherche
  • l’industrie nucléaire, y compris traitement des déchets
  • les professions médicales : radiodiagnostic, radiothérapie, médecine nucléaire, et aussi exposition à certains virus et au formol
  • les utilisateurs de radiographie (radiométallographie, contrôles RX des transports, bagages et containers),
  • utilisation de tests, de jauges et traceurs radioactifs, chimie,
  • conservation alimentaire : désinfection, stérilisation par irradiation, etc...
  • professions de "plein air" exposées aux UV du soleil (marins, agriculteurs, maçons BTP, sportifs...) voir melanome
  • professions exposées aux UV (insolateurs des imprimeurs, du circuit imprimé, soudeurs, esthéticiennes...)
Démontrer l'effet CMR d'une exposition demande des études épidémiologiques de très longue durée.
Mais une fois le danger établi, il faut immédiatement cesser d'y exposer les gens, les effets étant irréversibles. Par exemple il est logique d'écarter du risque mutagène ou reprotoxique toute personne en âge de procréer, et d'une manière générale lorsque l'on est appelé à manipuler de tels produits il faut exiger des protections parfaites.

> Article 12 du Décret n° 2001-97 du 1er février 2001 : « Un travailleur ne peut être affecté à des travaux l'exposant à un agent cancérogène, mutagène ou toxique pour la reproduction que s'il a fait l'objet d'un examen préalable par le médecin du travail et si la fiche d'aptitude, établie en application de l'article R. 241-57 du présent code ou du I de l'article 40 du décret n° 82-397 du 11 mai 1982 relatif à l'organisation et au fonctionnement des services médicaux du travail en agriculture, s'il s'agit d'un salarié agricole, atteste qu'il ne présente pas de contre-indication médicale à ces travaux ».
Actions : Envoyer par e-mail