Page actuelle : Prévention > Nos Actions > Etudes et articles
22
Un risque chimique parmi d'autres : les ETHERS DE GLYCOL :
Les quatre produits les plus dangereux, classés toxiques (R60  “ peut altérer la fertilité ” et R61 “ risques possibles pour la santé de l'embryon”), interdits dans les cosmétiques et les médicaments se cachent sous des appellations différentes :
Sigle
Dénomination chimique complète
Nom abrégé
EGME
Ethylene Glycol Methyl Ether
Methyl Glycol
EGMEA
Ethylene Glycol Methyl Ether Acetate
Methyl Glycol Acetate
EGEE
Ethylene Glycol Ethyl Ether
Ethyl Glycol
EGEEA
Ethylene Glycol Ethyl Ether Acetate Ethyl Glycol Acetate
D'autres produits sont sur la sellette ou en voie d'interdiction.


Article tiers : ACTUALITE ETHERS DE GLYCOL : Texte original André CICOLELLA (chercheur à l'INERIS qui a beaucoup écrit sur le sujet : ici, , ailleurs, partout) - 23/12/2004 - Résumé :

Conçus dans les années 30, ils sont utilisés depuis les années 60 dans les produits “à l'eau”, notamment peintures, encres, vernis, produits d'entretien, fluides de coupe, cosmétiques et même médicaments.
On distingue deux grands groupes :
- la série E (dérivés de l'éthylène glycol), les plus toxiques,
- la série P (dérivés du propylène glycol), moins toxiques.
Des millions de travailleurs et de consommateurs sont exposés aux éthers de glycol toxiques pour la reproduction.
Aujourd’hui, l’emploi de la série E a beaucoup diminué, par substitution vers la série P.
L'EGBE, un éther de glycol de la série E, est également toxique pour le sang.

EFFETS TOXIQUES
La différence de  toxicité entre série E et P vient de la métabolisation différente.
Pour la série E, il s'agit principalement chez l’animal  d’effets :
- de type tératogène (malformations), des retards de développement et des déficits fonctionnels.
- sur l'appareil génital, atrophie et atteinte de la spermatogénèse chez le mâle, et atteinte de la fertilité allant jusqu’à la stérilité chez les 2 sexes.
- sur le sang (baisse de la numération) et pour EGBE des effets de type thrombose et hémolyse.
Ces effets ont été décrits chez l’homme, surtout à partir des années 90 :
- relation entre malformations et exposition professionnelle,
- baisse de la qualité du sperme chez les ouvriers fondeurs et chez des peintres,
- augmentation des avortements spontanés dans l'industrie des semi-conducteurs,
- effets hématologiques chez les peintres en chantier naval.
L'exposition susceptible d'induire des effets chez l'homme est beaucoup plus faible que chez l'animal. Des effets génotoxiques sont suspectés.
EGBE est cancérigène chez la souris. En 1999 l’INSERM a classé EGBE  cancerogène +++.

DONNEES NOUVELLES
- Fertilité : étude  "Impact des expositions aux éthers de glycol sur la fertilité masculine : agents de la ville de Paris (2000) et agents de la RATP (2002)" (Luc Multignier, Inserm).
Cette étude, montre une atteinte de la qualité du sperme dans 2 populations exposées aux éthers de glycol. Ces effets sont observés chez des hommes exposés avant 1995, et n'ayant plus d'exposition actuelle. Les cellules souches de la spermatogénèse ont donc été lésées. On peut en conséquence suspecter des effets sur la fertilité et la descendance.
- Atteinte génotoxique : une étude américaine (El-Zein, 2002) sur 41 enfants nés de 28 ouvrières mexicaines ayant été exposées à EGME retrouve 6 malformations parmi les 35 enfants nés après que leur mère ait été retirée de l’exposition : pieds palmés, anomalies génitales, palais voûté, langue hypertrophiée ou encore retard mental. Une corrélation est observée entre anomalies congénitales et aberrations chromosomiques de cellules sanguines, celles-ci étant plus importantes chez les enfants exposés in utero. Cette étude met en évidence une corrélation entre malformations congénitales et perturbations cytogénétiques liées à EGME, et un effet chez l’enfant qui perdure après l’exposition maternelle.
- Activité hormonale : Michelle Jansen en 2004 démontre que des acides gras à chaîne courte auxquels est apparenté MAA, le métabolite de EGME, sont capables de moduler la sensibilité des cellules aux oestrogènes et dérivés de la progestérone : l'activité des ces hormones augmente jusqu'à dix fois. D’où impact potentiel sur la régulation du cycle féminin et la fertilité, sur d’autres fonctions physiologiques sous influence hormonale, possible risque accru de cancer hormono-dépendant (sein, ovaire) pour des femmes qui seraient exposées à EGME + oestro-progestatifs.
- Cancérogénicité positive pour un éther de la série P (PGBE). Un autre éther de la série P (PGME) par contre n’est pas cancérogène chez l’animal.
- Toxicité sanguine de EGBE, effets sur la coagulation : les toxicologues se sont surtout intéressés à l'hémolyse, on montre maintenant une hypercoagulabilité du sang et une atteinte vasculaire. Les rongeurs de laboratoire traités par EGBE développent toutes sortes de complications vasculaires : ischémie, nécroses, thrombose, infarctus. Cet effet de “thrombose” est retrouvé dans des intoxications humaines par l'EGBE.
- Atteintes rénales : le rein est particulièrement sensible à certains toxiques et notamment aux solvants. La toxicité rénale du DEGEE (utilisé dans un médicament récemment retiré du marché…) est décrite depuis les années 40.
Cette toxicité rénale est également bien documentée pour l'EGBE : la plupart des cas d'intoxication aiguë publiés mentionnent une atteinte rénale. En 2004, en France, Daniel soulève cette hypothèse chez le salarié d'un garage automobile qui utilisait, depuis plusieurs années, un produit contenant de l'EGBE pour enlever le film de paraffine qui protège les voitures neuves. Le néphrologue a envisagé l'éventualité d'une exposition professionnelle devant une protéinurie et une hypertension artérielle inexpliquées. L’atteinte glomérulaire est confirmée par la biopsie.
L'insuffisance rénale chronique se développe insidieusement, évolue après l'arrêt de l'exposition et ne se révéle que très tardivement : le dépistage est préconisé.

CLASSIFICATION ET REGLEMENTATION
Quatre éthers de glycols (EGME, EGMEA, EGEE, EGEEA) ont été classés toxiques pour la reproduction, avec obligation d'étiquetage R60,R61.
Le 24 août 1999, l'agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) a interdit quatre éthers de glycol dans les cosmétiques et les médicaments.
Le 8 novembre 2000, la commission de sécurité des consommateurs recommande la substitution complète des éthers de glycol  de la série E, préconisant le remplacement par les éthers de la série P. Elle demande un étiquetage dans l'immédiat, en attente de la substitution.
Le Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France montre que le risque pour les consommateurs existe même dans les limites autorisées de 0,5 % et préconise l’interdiction de 7 EG dans les produits de consommation.
Depuis, 3 autres éthers de glycol ont été interdits dans les médicaments et cosmétiques (décision de l'AFSSAPS du 5 mai 2003), dans les produits à usage vétérinaire (arrêté du 7 août 2003).

Aucune décision n’a été prise concernant les limites dans les produits de consommation.
L’utilisation dans les usages professionnels est aujourd’hui encore toujours sans limitation.
Les valeurs limites professionnelles recommandées correspondent à des niveaux de risque élevés. La VME est de 5 ppm pour EGME. Sachant que la pénétration se fait aussi par la peau, une exposition professionnelle à 5 ppm représente un risque élevé pour l’enfant exposé in utero, pour l’appareil génital de l’homme, ainsi que pour la fertilité des deux sexes.

PERSPECTIVES DE RECHERCHE
Des programmes de recherche devraient être envisagés pour évaluer :
- l’impact des expositions parentales aux éthers de glycol sur la descendance (fertilité, avortement spontané, malformation, troubles fonctionnels, cancer).
- les effets vasculaires et l’insuffisance rénale chronique, chez l’homme, notamment en lien avec l’exposition à EGBE, DEGEE , mais aussi avec les autres éthers de glycol.
- les effets de perturbation endocrinienne (études des éthers de glycol autres que EGME)
- la cancérogénicité des éthers de glycol et de leurs métabolites.

Télécharger ce résumé en pdf :
etherglycol2004resume.pdf
Télécharger l'article original d'André CICOLELLA :
Ethersglycol-EtatdesLieux.rtf
Avis de la Commission de la sécurité des consommateurs relatif aux éthers de glycol NOR :  ECOC0100035V : http://www.finances.gouv.fr/DGCCRF/boccrf/01_01/a0010026.htm

Actions : Envoyer par e-mail